Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue

Ce blog est un lieu d'information sur les problèmes d'anxiété, de dépression et toutes autres difficultés psychologiques et les traitements existant pour ces troubles. Avec une volonté d'optimisme et de dédramatisation, dans l'optique de la psychiatrie positive.

Il ne s'agit en aucun cas de donner des conseils médicaux personnels.

Les informations données ici sont les plus objectives possibles, mais reflètent forcément les points de vue de l'auteur.

   Bonne lecture et n'hésitez pas à laisser des commentaires ou des questions.

L'auteur

Antoine PELISSOLO, psychiatre

21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 15:48

autisme.jpgLe Premier ministre François Fillon vient d'attribuer le label « Grande cause nationale 2012 » à l’autisme

 S’il est un sujet difficile et polémique en psychiatrie, c’est bien celui de l’autisme. Cette maladie, qui touche environ 1 à 5 personnes sur 1000 (selon les formes considérées, qui englobent notamment le syndrome d’Asperger), s’exprime par des troubles souvent graves de la communication et de l’interaction sociale, et par des comportements anormaux ou répétitifs. Pour des raisons complexes, notamment de choix théoriques voire idéologiques, cette maladie est à l’origine de débats très vifs en France depuis quelques années, opposant certains professionnels entre eux, mais aussi associations de familles et professionnels. Ces oppositions portent souvent sur la conception même de l’autisme et sur ses origines, ainsi que  sur les moyens de le prendre en charge, avec des divergences de vue parfois majeures sur les aides à mettre en place (approches éducatives et psychologiques, psychothérapies, médicaments, etc.). On peut expliquer ces tensions en partie par les positions « historiques » de la pédo-psychiatrie française, nettement plus influencée par les théories psychanalytiques que dans d’autres pays. Certaines associations considèrent que, de ce fait, les connaissances scientifiques et les prises en charge reconnues dans le monde ne sont pas appliquées en France autant qu’elles devraient l’être.

Il est bien difficile de juger de la réalité de ces affirmations et de donner entièrement raison ou tort aux uns ou aux autres, même si certaines positions parfois extrêmes risquent toujours d’être excessives. Mais le constat objectif est, en tout cas, celui d’une grande hétérogénéité des pratiques, notamment selon les types de structures et les localisations géographiques. Il est indiscutable que toutes les personnes touchées par l’autisme ne disposent pas des mêmes possibilités de prise en charge, et donc des mêmes chances d’évolution. Les moyens publics disponibles pour ces prises en charge et pour les aides sont, par ailleurs, notoirement insuffisants et inégaux selon les territoires.

Du fait de l’implication très forte des associations, l’autisme a fait l’objet de plusieurs plans ministériels au cours des dernières années, ce qui a pu faire progresser la reconnaissance des problèmes et des besoins de santé publique dans ce domaine. Des recommandations officielles pour le développement des prises en charge ont été établies par plusieurs instances, dont la Haute Autorité de Santé*. Reposant sur un certain consensus scientifique et médical, ces travaux devraient permettre de réels progrès, en mettant l’accent sur les actions essentielles à développer. Et cela dans l’intérêt unique des personnes touchées, qui doit être le seul objectif de toute politique en la matière.

 

* « Autisme et autres troubles envahissants du développement : interventions éducatives et thérapeutiques coordonnées chez l’enfant et l’adolescent » (www.has-sante.fr)

Partager cet article

Publié par MediKpsy - dans Psycho
commenter cet article

commentaires