Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue

Ce blog est un lieu d'information sur les problèmes d'anxiété, de dépression et toutes autres difficultés psychologiques et les traitements existant pour ces troubles. Avec une volonté d'optimisme et de dédramatisation, dans l'optique de la psychiatrie positive.

Il ne s'agit en aucun cas de donner des conseils médicaux personnels.

Les informations données ici sont les plus objectives possibles, mais reflètent forcément les points de vue de l'auteur.

   Bonne lecture et n'hésitez pas à laisser des commentaires ou des questions.

L'auteur

Antoine PELISSOLO, psychiatre

21 mai 2011 6 21 /05 /mai /2011 17:02

pere bebe            Tout le monde a déjà entendu parler du « baby blues », qui touche plus d’une femme sur deux dans les jours qui suivent un accouchement. Il s’agit d’une perturbation de l’humeur, avec des pleurs, de la tristesse, des angoisses et une irritabilité, qui disparaissent en général en quelques jours. Parfois cependant, une vraie dépression peut s’installer durablement, avec des conséquences délétères sur la relation mère-bébé.

            Mais on parle beaucoup moins de la dépression des pères. Ils ne sont bien sûr pas concernés de la même façon par la grossesse, notamment au niveau hormonal, mais cet événement peut constituer aussi pour lui un véritable stress, même s’il est en général positif. Un article paru dans la revue médicale JAMA, rassemblant les résultats de 43 études réalisées sur ce sujet chez plus de 28000 personnes, a effectivement montré que la dépression du père n’était pas du tout un phénomène exceptionnel. En tenant compte de toute la période entre le début de la grossesse et la fin de la première année après la naissance, environ 10% des pères présentent un véritable état dépressif. Ce chiffre est le double de la fréquence habituelle de la dépression chez l’homme.

Deux informations supplémentaires sont apportées par cette étude. Tout d’abord, on y observe que le pic de dépression se situe, chez les pères comme chez les mères, entre le 3ème mois et le 6ème mois après la naissance. Par ailleurs, il existe une certaine corrélation, de 30% environ, entre la dépression du père et celle de la mère. Ceci signifie que l’existence d’une dépression chez l’un augmente le risque de dépression chez l’autre, même si on ne peut pas déterminer, sur la base de ces informations, s’il existe une relation de cause à effet entre les deux.

            Finalement, on peut retenir que la naissance d’un enfant, et les premiers mois qui suivent, constituent probablement un stress important au plan psychologique pour certains  parents, du fait des changements introduits dans les rythmes de vie : sommeil, fatigue, réorganisation professionnelle, etc. La première « séparation », qui survient en général après 3 mois, peut constituer une épreuve supplémentaire. Ou alors, c’est le moment où tous les aspects émotionnellement positifs de l’arrivée d’un bébé ne suffisent plus à équilibrer les éléments négatifs et le stress induits. Il serait donc utile de prévenir les jeunes parents de cette possible fragilité, et de les accompagner au mieux pendant toute cette période, avec des conseils et une écoute particulière.

Partager cet article

Publié par MediKpsy - dans Psycho
commenter cet article

commentaires