Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue

Ce blog est un lieu d'information sur les problèmes d'anxiété, de dépression et toutes autres difficultés psychologiques et les traitements existant pour ces troubles. Avec une volonté d'optimisme et de dédramatisation, dans l'optique de la psychiatrie positive.

Il ne s'agit en aucun cas de donner des conseils médicaux personnels.

Les informations données ici sont les plus objectives possibles, mais reflètent forcément les points de vue de l'auteur.

   Bonne lecture et n'hésitez pas à laisser des commentaires ou des questions.

L'auteur

Antoine PELISSOLO, psychiatre

29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 22:06

pharma-croix-23-roma-vierge.jpg   L’agence chargée de surveiller les médicaments en France (AFSSAPS) vient de signaler un problème concernant l’usage de l’Epitomax (topiramate).

   Il s’agit d’un médicament utilisé dans deux pathologies, l’épilepsie et les migraines, pour lesquelles il peut avoir des effets thérapeutiques intéressants, surtout en cas d’échec ou de difficultés avec les traitements plus habituels.

   Il se trouve que, chez certains patients, l’Epitomax peut avoir des effets sur l’appétit et/ou le poids, conduisant à un amaigrissement, léger en général. Craignant une dérive similaire à celle du Médiator, les experts de l’AFSSAPS ont donc souhaité prévenir les médecins et les patients que ce médicament ne doit pas être utilisé à visée amaigrissante, car il ne s’agit pas de sa fonction principale et les risques d’effets secondaires sont assez élevés, dans différents domaines (reins, yeux, troubles du comportement, métabolisme, etc.).

   Il n’existe pas, à ce jour, d’usage réellement détourné de l’Epitomax en France. Certains psychiatres, surtout hospitaliers, le prescrivent parfois dans certaines formes particulières de troubles de l’humeur résistants, mais avec une surveillance rapprochée car il ne s’agit pas non plus d’une indication reconnue.

   Il est clair que la tendance actuelle des autorités et des médecins sera de plus en plus de privilégier, pour des raisons de sécurité, le principe de précaution et donc l’utilisation des médicaments uniquement dans les pathologies où ils ont fait la preuve d’un bon rapport entre efficacité et risques. Il s’agit d’une évolution très positive, même s’il reste nécessaire de continuer les recherches, encadrées, pour découvrir de nouvelles solutions thérapeutiques dans beaucoup de maladies encore mal soignées.

   Retenons finalement qu’il n’existe, à l’heure actuelle (malheureusement), aucun médicament efficace et non délétère pour réduire directement l’appétit. Toutes les solutions proposées sont donc soit inutiles soit dangereuses, et souvent les deux.

Partager cet article

commentaires