Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue

Ce blog est un lieu d'information sur les problèmes d'anxiété, de dépression et toutes autres difficultés psychologiques et les traitements existant pour ces troubles. Avec une volonté d'optimisme et de dédramatisation, dans l'optique de la psychiatrie positive.

Il ne s'agit en aucun cas de donner des conseils médicaux personnels.

Les informations données ici sont les plus objectives possibles, mais reflètent forcément les points de vue de l'auteur.

   Bonne lecture et n'hésitez pas à laisser des commentaires ou des questions.

L'auteur

Antoine PELISSOLO, psychiatre

26 avril 2011 2 26 /04 /avril /2011 21:26

 

                                                     enfantin-3.jpg

   Il s'agit encore de données récentes et donc fragiles, mais une étude qui vient d'être publiée dans la grande revue américaine PNAS peut alerter les médecins et les patients sur un problème concernant l'usage des médicaments antidépresseurs. Ces chercheurs estiment que la dépression pourrait reposer en partie sur des dérèglements des systèmes inflammatoires et immunitaires. Il s'agit d'hypothèses considérées aujourd'hui comme intéressantes, et beaucoup de données biologiques la confirment, au moins en partie.

   Cette équipe de New York a donc étudié les effets des médicaments antidépresseurs sur le système immunitaire, et a montré qu'ils avaient bien un effet significatif, notamment sur des molécules appelées cytokines (messagers permettant la communication de certaines cellules comme les lymphocytes). Les chercheurs ont ensuite examiné cet effet en présence de médicaments anti-inflammatoires, qui agissent également sur ce système. Les résultats montrent que les effets des antidépresseurs, sur les cytokines notamment, sont nettement réduits en présence d'anti-inflammatoires. Les effets sur les comportements dépressifs sont également réduits. Mais tout ceci est observé... chez des souris !

   Qu'en est-il donc chez l'être humain ? Pour le savoir, les mêmes chercheurs ont analysé les résultats d'une grande étude menée antérieurement sur plusieurs milliers de patients souffrant de dépression et traités par antidépresseur (citalopram). Ils ont constaté que les patients recevant, en plus d'un antidépresseur, un traitement anti-inflammatoire (aspirine, ibuprogène ou autres) pour une autre raison avaient, en moyenne, un moins bon résultat que les patients ne prenant qu'un antidépresseur. La différence de "bonne réponse" à l'antidépresseur est assez importante : 45% au lieu de 55%.

   Tout ceci demande naturellement vérification et approfondissement, mais peut inciter d'ors et déjà, quand cela est possible, à éviter l'utilisation de l'aspirine et des anti-inflammatoires en cas de traitement antidépresseur. 

Partager cet article

Publié par MediKpsy - dans Antidépresseurs
commenter cet article

commentaires