Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue

Ce blog est un lieu d'information sur les problèmes d'anxiété, de dépression et toutes autres difficultés psychologiques et les traitements existant pour ces troubles. Avec une volonté d'optimisme et de dédramatisation, dans l'optique de la psychiatrie positive.

Il ne s'agit en aucun cas de donner des conseils médicaux personnels.

Les informations données ici sont les plus objectives possibles, mais reflètent forcément les points de vue de l'auteur.

   Bonne lecture et n'hésitez pas à laisser des commentaires ou des questions.

L'auteur

Antoine PELISSOLO, psychiatre

12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 15:50

japon2.jpg  japon.jpg

 

Les images terribles du tremblement de terre et du tsunami au Japon resteront longtemps dans les mémoires. Les pertes humaines et les dégâts matériels inspirent frayeur et compassion dans le monde entier. Mais un autre fait a été relevé par la plupart des observateurs : la grande maitrise émotionnelle de la population locale. En dehors des rares accès de panique immédiats liés au séisme d’une intensité sans précédent, on ne peut être qu’impressionné par l’apparente sérénité des japonais durant et après la catastrophe. L’image du premier ministre gardant son calme en pleine séance du parlement alors que les murs et les sièges tremblent tout autour de lui est emblématique de ce grand contrôle émotionnel.

Des explications de natures culturelles et sociales viennent rapidement à l’esprit. La préparation de la société japonaise à faire face à des catastrophes naturelles est bien connue, fruit d’une histoire douloureuse à répétition. La connaissance des conduites à adopter face au danger, et l’habitude de l’affronter, augmentent clairement les capacités d’auto-contrôle et de régulation de la peur. Ce sont d’ailleurs les méthodes utilisées dans les thérapies comportementales et cognitives de l’anxiété pathologique et des phobies. Mais un facteur plus tempéramental peut être aussi envisagé, au travers d’une prédisposition culturelle voire génétique au contrôle de soi et de ses émotions. En dehors des images d’épinal dont il faut se méfier, il est indiscutable que l’intériorisation des affects est plus une tendance orientale et japonaise qu’occidentale ou méditerranéenne. La nécessité de « sauver la face », mais aussi de respecter l’autre en ne lui imposant pas son désarroi bruyamment, sont des valeurs fortement ancrées en Asie.

La philosophie de vie issue du Bouddhisme peut aussi être perçue comme un facteur protecteur contre le stress et la panique. La culture du moment présent, pour éviter de s'enliser dans les ruminations du passé et l'incertitude angoissante du lendemain, est un élément clé de la gestion de la peur et de la dépression, largement reprise aujourd'hui dans les techniques de méditation à visée thérapeutique.

Même si les multiples catastrophes naturelles survenues dans cette partie du globe sont malgré tout à l’origine de traumatismes psychiques, toutes les études épidémiologiques (recensement des maladies) montrent que les populations asiatiques souffrent moins d’anxiété et de dépression que toutes les autres dans le monde. Les différences ne sont pas minimes, les taux étant diminués de moitié voire plus. On peut donc être tenté d’établir un lien entre les facteurs culturels et éducatifs de contrôle émotionnel et cette meilleure résistance au stress. Mais il faut, pour cela, être certain que la souffrance ne s’exprime pas autrement, sous des masques plus difficiles à décoder dans la culture occidentale.

Ces observations permettent de rappeler l’importance de la psychologie trans-culturelle, et aussi l’impact sur la santé publique des troubles émotionnels et liés au stress. La nécessité de leur dépistage et de leur prévention s'impose par leur grande fréquence et par les souffrances qui en découlent dans nos sociétés occidentales: dépression, suicides, addictions, etc.

Partager cet article

Publié par MediKpsy - dans Psycho
commenter cet article

commentaires