Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue

Ce blog est un lieu d'information sur les problèmes d'anxiété, de dépression et toutes autres difficultés psychologiques et les traitements existant pour ces troubles. Avec une volonté d'optimisme et de dédramatisation, dans l'optique de la psychiatrie positive.

Il ne s'agit en aucun cas de donner des conseils médicaux personnels.

Les informations données ici sont les plus objectives possibles, mais reflètent forcément les points de vue de l'auteur.

   Bonne lecture et n'hésitez pas à laisser des commentaires ou des questions.

L'auteur

Antoine PELISSOLO, psychiatre

21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 09:45

                                    seisme-au-japon.jpg

           A côté des pertes humaines, des blessures physiques et des dégâts matériels, les séquelles psychiques des catastrophes sont souvent négligées car moins visibles. Cela d’autant plus dans des pays comme le Japon où la souffrance est culturellement plus silencieuse et intériorisée. Pourtant, comme pour tout événement brutal mettant la vie en danger immédiat, la violence d’un tremblement de terre ou d’un tsunami signifie une confrontation avec la réalité de la mort qui laisse des marques souvent profondes voire indélébiles.

            Le trouble psychiatrique le plus typique en est l’état de stress post-traumatique. Il survient après l’état de choc et de sidération initial, et parfois après une phase d’apaisement, de quelques jours ou de quelques semaines, qui laisse penser que l’événement est « digéré ». Mais, spontanément ou sous l’influence d’autres facteurs de déstabilisation, les symptômes  peuvent ré-apparaître violemment plus tard. En plus des peurs, des phobies et des signes de démoralisation qui accompagnent ce syndrome, un signe en est caractéristique : la reviviscence du souvenir traumatique. Les victimes sont alors assaillies par une répétition de flash-backs. Il ne s’agit pas seulement d’images simples de la scène initiale, mais l’impression qu’on les revit à nouveau, avec la même intensité et donc la même peur de mourir. Ces reviviscences peuvent tourner en boucle toute la journée, et la nuit sous forme de cauchemars à répétition. Elles renforcent les convictions d’impuissance voire de culpabilité : « Pourquoi ai-je survécu ? », « Je n’ai rien fait pour sauver les autres ». Quand il persiste des mois voire des années, cet état peut générer des décompensations dépressives, des problèmes d’alcool, ou des changements de caractère (irritabilité, perte d’intérêt pour les autres, etc.).

            Heureusement, des traitements peuvent améliorer voire guérir ces troubles. Il s’agit d’abord d’une aide psychologique la plus précoce possible auprès des victimes, pour qu’elles puissent exprimer leurs émotions et bénéficier d’une écoute réconfortante. Par la suite, des psychothérapies, notamment comportementales et cognitives, peuvent être d’une aide déterminante pour soigner les personnes souffrant d’état de stress post-traumatique. La méthode dite EMDR (retraitement et désensibilisation par les mouvements oculaires) est particulièrement efficace chez certains patients. Enfin, le recours à un traitement antidépresseur peut être nécessaire pendant plusieurs mois.

            Ces pathologies étant maintenant bien connus des psychiatres, surtout depuis les nombreux travaux menés aux Etats-Unis auprès des anciens combattants du Vietnam, on peut espérer que les victimes japonaises pourront être aidées efficacement et surmonter du mieux possible les séquelles psychiques des drames qu’elles viennent de traverser. Il ne faut pas oublier cependant que, dans de nombreux pays pauvres, les guerres et les catastrophes créent tous les ans des centaines de milliers de traumatisés qui ne peuvent pas être aidées psychologiquement comme il le faudrait.

Partager cet article

Publié par MediKpsy - dans Psycho
commenter cet article

commentaires