Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue

Ce blog est un lieu d'information sur les problèmes d'anxiété, de dépression et toutes autres difficultés psychologiques et les traitements existant pour ces troubles. Avec une volonté d'optimisme et de dédramatisation, dans l'optique de la psychiatrie positive.

Il ne s'agit en aucun cas de donner des conseils médicaux personnels.

Les informations données ici sont les plus objectives possibles, mais reflètent forcément les points de vue de l'auteur.

   Bonne lecture et n'hésitez pas à laisser des commentaires ou des questions.

L'auteur

Antoine PELISSOLO, psychiatre

27 juillet 2012 5 27 /07 /juillet /2012 11:06

chien.jpg           Une image d’Épinal un peu simpliste veut que les propriétaires d’animaux de compagnie ressemblent un peu à leur bête. Des chercheurs en comportement animal de Belfast (Irlande) ont tenté d’étudier scientifiquement cette question, en faisant remplir des questionnaires de personnalité à des propriétaires de chiens. Le test utilisé est celui d’Eysenck, qui mesure essentiellement trois dimensions de personnalité : le névrosisme (tendances à l’anxiété et à la démoralisation), l’extraversion, et le psychotisme.

            Un lien significatif est apparu dans cette étude entre le psychotisme du maître et le caractère plus ou moins agressif du chien. Les propriétaires dont les chiens appartiennent à des races plutôt agressives (Shepherd allemands, Rottweilers) ont, en moyenne, des niveaux plus élevés de psychotisme que les propriétaires de races calmes (Labradors, Golden retrievers). Le psychotisme, dans ce test, correspond à un profil de personnalité proche de la psychopathie, marqué par l’impulsivité, l’agressivité, le manque d’empathie et l’égocentrisme.

            L’étude n’a, en revanche, pas trouvé de lien entre la race du chien et les autres tendances de personnalité du maître (sauf que les hommes ayant un chien agressif sont moins anxieux que les femmes, quelle que soit la race de leur chien, mais ceci peut s’expliquer par d’autres raisons).

            Malgré certaines limites naturellement, voici donc une confirmation rigoureuse d’une observation assez commune de la vie courante, selon laquelle les maîtres ressemblent à leur animal. Reste à savoir si c’est l’homme qui choisit son chien à son image (ou dans un but particulier), ou si c’est le comportement de l’animal qui déteint sur celui du maître !

 

Référence : The personality of “aggressive” and “non-aggressive” dog owners. Deborah L. Wells, Peter G. Hepper. Personality and Individual Differences 2012.

Partager cet article

Publié par MediKpsy - dans Psycho
commenter cet article

commentaires