Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue

Ce blog est un lieu d'information sur les problèmes d'anxiété, de dépression et toutes autres difficultés psychologiques et les traitements existant pour ces troubles. Avec une volonté d'optimisme et de dédramatisation, dans l'optique de la psychiatrie positive.

Il ne s'agit en aucun cas de donner des conseils médicaux personnels.

Les informations données ici sont les plus objectives possibles, mais reflètent forcément les points de vue de l'auteur.

   Bonne lecture et n'hésitez pas à laisser des commentaires ou des questions.

L'auteur

Antoine PELISSOLO, psychiatre

22 novembre 2005 2 22 /11 /novembre /2005 01:18

                                                 pelissolo-medicaments-psy-odile-jacob.jpg

       Avant ou après une consultation chez un médecin généraliste ou un psychiatre, beaucoup de patients s’interrogent sur les médicaments psychotropes et surtout sur les effets à en attendre. Peurs excessives, craintes de la stigmatisation, ou à l’inverse confiance aveugle, ces attitudes liées à la méconnaissance entravent le bon déroulement des traitements. Certaines questions sont difficiles à poser aux médecins, et ceux-ci ont rarement le temps d’y répondre dans le détail.

 

         Ce guide est destiné en priorité aux personnes souffrant d’anxiété, de dépression ou d’insomnie, et à leurs proches. Il propose un accompagnement pas à pas des différents types de traitement, de la première consultation à l’arrêt du médicament. Il répond à toutes les questions sur les prises du traitement, les délais d’action, les effets secondaires, les risques de dépendance, etc. Il se place toujours dans la situation de prescriptions médicales encadrées, respectant les règles de bonne pratique et de surveillance, à l’inverse de l’auto-médication. Le but est avant tout de donner le sentiment au lecteur de comprendre le sens de son traitement pour éviter toute erreur et lui redonner un rôle actif dans sa guérison. C’est ainsi que des méthodes d’actions non-médicamenteuses sont proposées à chaque étape pour amplifier et consolider les effets thérapeutiques : techniques de gestion du stress, éléments de thérapies comportementales et cognitives, relaxation, etc.

 

     Au total, ce guide aide à se soigner en confiance et sans risque, lorsque les médicaments sont rendus indispensables par l’intensité des troubles. Le lecteur y trouvera les moyens de rendre le traitement le plus efficace et le plus sûr possible pour, finalement, ne pas avoir à les prendre plus longtemps ou plus souvent que nécessaire.


 

 

        Par le Pr Antoine PELISSOLO : psychiatre, Professeur des université, praticien hospitalier à la Pitié-Salpétrière, chercheur au CNRS, membre de l’Association Française de Thérapies Comportementales et Cognitives.

 

         Pour l'acheter sur Amazon.

Partager cet article

commentaires

Dr Antoine PELISSOLO 30/11/2005 18:11

En réponse à la question de Lucien :

Les antidépresseurs ne génèrent pas (dans l'extrême majorité des cas) de phénomène de dépendance au sens où on l'entend habituellement : l'arrêt du traitement, en respectant des règles particulières (notamment une diminution progressive), ne pose pas de problème difficile et on ne ressent aucune "envie" du médicament lui-même quand on arrête de le prendre. Rien à voir donc avec les drogues, le tabac, l'alcool, et même les anxiolyiques (benzodiazépines) pour lesquelles il existe plus de difficultés. Par contre, il vaut mieux ne pas arrêter un antidépresseur de manière imtempestive et sans avis médical car la maladie sous-jacente (dépression, trouble anxieux) peut ré-apparaitre si elle n'était pas encore suffisamment stabilisée. Parfois, pour certains antidépresseurs, l'arrêt brutal du traitement entraine des symptômes physiques et psychiques pénibles mais ils disparaissent en quelques jours et il suffit de procéder à une diminution progressive des doses pour les éviter.
A Pelissolo

Lucien 30/11/2005 17:59

Bonjour,
Pouvez-vous me garantir comme certains le disent qu'il n'existe pas de dépendance avec les antidépresseurs ?
Merci
Lucien